Les phases que traverse un enfant : 6-12 ans

 

 

Vers l’âge de 6 ans, l’état psychique de l’enfant se modifie. C’est à dire que ses besoins, ses mécanismes de réflexion, ses attitudes, ses recherches etc. ne sont plus les mêmes qu’en Maternelle

Pour bien comprendre, un exemple :

 

  • Si un enfant âgé de 3 à 6 ans vous demande pourquoi le poisson flotte dans le bocal, vous lui répondrez sûrement que c’est parce qu’il est mort . Cet enfant émet, par sa question, une demande d’information sur ce qu’il voit. Certains d’entre eux vont peut-être demander : « pourquoi meurt-on ? » Ici, cette question correspond à un besoin de logique (un enchaînement de choses avec début, milieu et fin).

-> on naît, on vit, on meurt

-> la poule pond un œuf-> elle couve -> l’œuf devient poussin

-> on plante une graine-> elle germe-> elle pousse 

  • Si un enfant âgé de 6 à 12 ans pose cette même question : « Pourquoi le poisson flotte dans le bocal ? » son besoin ne sera pas le même. Il vous répondra sûrement, « Mais pourquoi meurt-on ? Où va t-on quand on meurt ? » Ici, ces interrogations correspondent à des questionnements existentiels.

-> c’est en quelque sorte l’âge de raison

-> il façonne sa conscience

-> il exprime ce besoin « Aide moi à comprendre l’univers, le monde, à trouver ma place. » Tandis que pendant la période 3- 6 ans, il exprime le besoin « Aide moi à faire seul et à découvrir le monde. »

Durant cette période, ce qui se passe dans les écoles traditionnelles (publiques et privées), c’est le début de l’apprentissage des matières suivantes pour l’enfant : mathématiques, français, géographie, histoire et autres, en allant directement dans le détail. Très souvent, lorsqu’il commence toutes ces matières, il ne sait même pas pourquoi il le fait. Tout est dénué de sens. Ayant beaucoup étudié la question, mon avis est que nous prenons le mauvais chemin pour introduire la matière. Je pense profondément, comme un bon nombre d’expert en pédagogies alternatives, que l’école française fait fausse route, tandis que dans le même temps, d’autres pays voisins on un programme tout autre…

Par exemple, dans les écoles Montessori, avant de commencer les exercices pour les enfants de 6 à 12 ans, on leur raconte une histoire. Ils ont une imagination débordante. On utilise donc cette faculté et leur nouveau mécanisme de réflexion pour donner du sens aux matières sur lesquelles ils s’exerceront. Ces histoires répondent également au besoin de comprendre le monde.

On s’est tous déjà demandé : « Mais pourquoi suis-je entrain de faire ce que je fais (théorème de Pythagore,  grammaire, géographie etc.) ? » Donner du sens aux choses, change toute la donne. L’implication et la motivation des enfants ne sera absolument pas la même si on donne du sens à ce qu’il fait avec des histoires.

Ces histoires ont un ordre bien précis, que je vous offrirais dans un module de formation, il est en cours de préparation et sera disponible très prochainement. Se pré-inscrire ICI

Cette démarche procure à l’enfant une compréhension du monde dans son entier. Cela lui permet aussi de se situer, de trouver sa place et ses responsabilités. Elle constitue un programme très complet. L’enfant de 6-12 cherche à se situer :

  • dans l’univers
  • sur la terre
  • dans l’histoire
  • dans le temps de sa famille
  • dans le temps immédiat
  • dans le monde actuel
  • dans la nature
  • dans les responsabilités

On utilisera divers outils de compréhension en restant toujours dans du matériel concret car la capacité d’abstraction de l’enfant se développera pleinement vers 9 ans.

>>Cependant, je vous rassure, la dépense de matériel n’est pas aussi conséquente que celle pour la tranche 3-6 ans. Si vous êtes formée à la pédagogie Montessori, vous me comprendrez sûrement, si vous ne l’êtes pas, cette formation est disponible sur www.formation-madrassalmde.com ; cependant la formation que je vous propose vous permettra de retirer le même bénéfice du matériel sans dépenser une fortune dans celui-ci, car je vous livre les alternatives économiques.<<

Revenons aux 6-12 ans,

De cette démarche découle : 

  •  un enfant toujours aussi curieux
  • un enfant ouvert sur le monde extérieur
  • l’équilibre de l’enfant

Alors, repensez maintenant à ces introductions de cours traditionnels, pendant lesquelles on commence par :

 Leçon 1 : le nom

Leçon 18 : les probabilités – définition, propriétés, formules etc.

C’est tellement abstrait et dénué de sens que l’on en devient passif. Les cours s’enchaînent, le temps passe (plus ou moins lentement), les frustrations et les non-sens se cumulent. Les questions restent suspendues excepté si l’on a des parents qui nous accompagnent après l’école.

 

Vous pourrez prochainement permettre à votre enfant de s’épanouir intellectuellement! Restez connectées

 

 

 

 

Сommentaires (2)

  1. Written by Nawal

    Merci c’est très intéressant

    1. Written by aziza

      🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *