comment faire classe à plusieurs niveaux à l’école ou à la maison ?

Souvent lorsque l’on entreprend l’école à la maison ou que l’on désire le faire, on est confronté à un plusieurs démotivateurs;

Dans cet article j’aborde un des points les plus redoutés : faire classe avec plusieurs niveaux .

C’est un point redouté parce que c’est une grande crainte chez beaucoup de mamans , que de devoir assumer l’instruction, parfois se convertir en professeur et de surcroit assurer l’enseignement sur plusieurs niveaux (maternelle primaire collège et souvent avec un nourrisson dans les bras).

Prendre en charge l’enseignement à la maison c’est déjà un projet qui fait réagir, ajoutez en plus des enfants de plusieurs niveaux c’est carrément hors du commun (sauf pour ceux qui dépassent les frontières de la peur)

Cette appréhension apparait également lorsque l’on souhaite pratiquer le soutien scolaire en association, en contrat saisonnier…

Les principales peurs sont:

  • j’ai peur de ne pas être organisé
  • j’ai peur de ne pas accorder assez de temps à chaque enfant
  • je ne sais pas par où commencer

En vérité, c’est surtout l’enjeu qui nous fait douter de nous, qui a raison d’être à cause de la définition qu’on nous fait de la réussite… et tu commences à te poser tout un tas de questions

polluantes :

vais-je arriver aux mêmes résultats que si mon enfant est scolarisé? C’est vrai quoi après tout je ne suis pas enseignante, je n’ai jamais suivi d’études dans le domaine, je prends la décision d’instruire mes enfants alors que moi même je n’étais pas très douée, que vont dire mes proches? Déjà qu’ils sont sceptiques par rapport à l’école à la maison alors si je leurs annonce ça en plus…:

Et si tu es déjà enseignante et formée , tu as appris tes cours par coeur en formation et livres Freinet, Steiner, Montessori… mais t’as quand même tout un tas de questions intérieures polluantes qui t’empêche d’agir…:

ok, mais en pratique comment je fais là? J’ai 4 enfants : crèche, le ptit touche à tout et monte partout; maternelle… il saute court pose mille questions à l’heure; primaire, les questions les questions les questions et le début des revendications lol; collège, (ne parlons même pas de l’adolescence)… et je ne peux pas avoir la tête partout!

Pfiouh, cette école on pensait l’avoir quitté et voilà qu’on reprend une 2ème scolarité ^^

Comment y arriver ?

First one -> Chasser les démotivateurs de ta vie et rehausser l’estime de soi!

La PEUR D’ENTREPRENDRE a tué plus de rêves que l’échec ne l’a jamais fait… J’aime bien cette phrase

AVANT j’avais peur de … beaucoup de choses, AUJOURD’HUI j’ai toujours PEUR mais j’OSE

Certaines personnes vont déverser leurs propres peurs sur VOS projets. Comme celui de l’école à la maison par exemple.

Il faut savoir comment leur faire la “guerre” a ces démotivateurs , mais la guerre au sens gracieux du terme -> L’ART de faire la guerre aux briseurs de projets, de rêves.

Très souvent, ils ne font pas exprès, mais il suffit de peu pour se sentir incapable d’entreprendre notre projet d’école à la maison.

Mais ça c’est un gros sujet que j’aborderai dans un article très rapidement,

C’est promis, ça sera un article revigorant, inspirant, en espérant vous rebooster avec plein d’énergies positives!

Deuxième point -> la prise d’expérience après la théorie

Souvent lorsque l’on entreprend ces beaux projets, on a tendance à imiter les cours magistraux traditionnels qu’on a tous connu : un prof, qui dicte la leçon, des élèves qui recopient la théorie et pratique des exercices.

Toi qui me lis, je ne dis pas de ne pas pratiquer cette méthode et je ne dis pas non plus que c’est le bon choix ni le mauvais choix…

Lance toi d’abord dans ce qui t’est accessible : des cours magistraux à la maison ou en classe multiniveaux te permettra de te faire ta propre expérience et de te dire que ce n’est peu être pas approprié à tous tes enfants , parfois ça l’est, parfois il faut faire différemment.

C’est là que tu vas pouvoir sortir ton “jeu de carte” et te dire

ok, ça j’ai testé, c’est peut – être pas approprié car les enfants n’écoutent pas tellement, ça intéresse certains mais d’autres sont dissipés*

* je ne le répéterai jamais assez hein, l’une des premières causes de déconcentration c’est le désintérêt pour l’activité/ le travail proposé (il s’ennuie donc il n’est pas concentré); et pour obtenir un programme qui répond aux besoins de l’enfant il faut apprendre à connaitre l’enfant et ce dont il a besoin au niveau intellectuel.

Et c’est exactement pareil pour les manuels que l’on trouve dans le commerce “TOUT LE PROGRAMME DE MATERNELLE”

Ces fameux manuels qu’on achète toutes et que l’on se rend compte que.. hmmm.. les exercices ne sont pas tellement approprié à l’âge indiqué. Cependant c’est important de les essayer si tu peux te le permettre, ça sera une base pour commencer si tu ne te sens pas encore capable de démarrer.

Il est donc essentiel, et ce dans toute chose, de démarrer l’expérience puis d’ajuster son type d’enseignement.

Troisième point -> il faut se référer aux personnes expérimentées qui sont de véritables sources d’inspiration.

Sache que beaucoup de personnes sont passés par là, et fortes de leurs expériences, elles nous ont transmis leurs savoir-faire en écrivant des livres, ou en proposant des formations qui te guiderons plus sereinement vers un enseignement adapté à chaque individualité.

La première des choses dont il faut prendre conscience: c’est de comprendre que les enfants ne sont pas tous égaux face aux apprentissages, si tu n’as pas encore le ebook Le guide pratique pour enseigner à l’école ou à la maison, je t’y invite vivement.

Il te permettra de commencer à apprendre à connaitre ton/tes enfants et ainsi mieux ajuster ton enseignement en fonction des forces intellectuelles de chaque enfant. Ce sera donc un point de départ pour source d’inspiration.

Ensuite concernant les personnes expérimentées ce sont :

  • les mamans qui gèrent la classe à la maison avec plusieurs enfants,
  • les enseignantes en école alternatives,
  • et si tu ne connais vraiment personnes ou en supplément de témoignages , il y a les livres; je te mettrai quelques références en bas de l’article.

J’ai aussi trouvé deux ressources très intéressantes et qui regroupent les avantages et les inconvénients, mais aussi des pistes, des solutions pour parvenir à une gestion de classe sur plusieurs niveaux.

Télécharge ICI et ICI

J’ai quelques questions pour toi…

Comment fais-tu pour gérer tes enfants au quotidien ?

Je ne pense pas que tu te sois demandé un jour : comment faire pour éduquer des enfants d’âges différents?

Je ne pense pas qu’avant d’avoir eu des enfants tu te sois demandé comment faire?

Maintenant que tu as plusieurs enfants, comment fais-tu pour les gérer?

Tu les écoutes, je suppose;

  • Lorsqu’ils te posent des questions: tu leurs réponds (c’est pas toujours évident car parfois tu n’as pas tellement de réponses mais tu fais au mieux)

Tu les observes;

  • tu les vois grandir et tu leurs achètes des vêtements à leurs tailles (c’est pas toujours évident de trouver qualité/prix mais tu prends au mieux)
  • tu les vois patraque et tu les soignes; tu recherches des remèdes (c’est pas toujours évident de leurs faire accepter d’avaler des médicaments mais tu patientes au mieux et tu uses de stratégies)
  • tu vois qu’ils ont faim, tu les nourris , tu cherches des idées recettes (c’est pas toujours évident de contenter tout le monde mais tu cuisines au mieux)

Lorsque tu t’occupes d’eux en générale (douches, lectures,  jeux…) c’est chacun son tour? On est d’accord que tu ne vas pas jouer à empiler des cubes avec un grand de 12 ans; tu vas accorder du temps à bébé puis tu iras faire un jeu de société avec le plus grand par exemple; idem pour les douches, tu ne douches pas tous tes enfants en mêmes temps? (je ne parle pas de ceux qui ont quelques mois d’écarts mais vraiment des années d’écarts) la douche de bébé, puis la douche du 4 ans et la douche du 12 ans par exemple en autonomie.

Te mets-tu la pression pour toutes ces choses? Tu les fais naturellement.

Inspire toi de toi même aussi, les apprentissages c’est exactement pareil, c’est du temps partagé.

L’Homme a été programmé pour apprendre naturellement. Puis un jour un homme avec un petit “h” est venu tout chambouler et à décidé que l’apprentissage serait “protocolaire” et qu’il déciderait de “que doivent apprendre les hommes dès leurs plus jeune âge”.. et c’est ainsi que naquirent beaucoup plus tard les dilemmes de “école à la maison, ou pas? ”

(Je dérive… je me ressaisie)

Beaucoup de feeling: tu écoutes, tu observes , d’un jour à l’autre les motivations et les besoins changent et évoluent.

Tu ajusteras et tu feras au mieux.

Il y a de la préparation et l’organisation certes (car la réalité l’oblige) c’est pour ça que je t’invite fortement à lire le guide pratique que je t’ai cité plus haut, à te former un minimum si tu le peux.

Mais ça se joue aussi beaucoup sur l’observation. En les écoutant tu arriveras à cerner leurs besoins intellectuels et leurs proposer de quoi se nourrir intellectuellement, chacun selon son âge, ses besoins.

  • tu peux démarrer avec des manuels tout fait pour évaluer le niveau de tes enfants, et petit à petit tu arriveras à cerner leurs besoins et à mieux préparer tes activités
  • communique avec tes enfants et annonce leurs comment va se passer la journée: annoncer la journée permettra aux enfants de savoir quelles responsabilités ils ont, quels devoirs ils ont, leurs rôles à chacun, ça favorise l’estime, la coopération et ça les aide à se projeter dans la journée. Comme dans la vie. Favorisez l’autonomie et le tutorat et établissez des planning si ça peut vous aider. (perso je suis trop “cerveau droit” pour me tenir aux plannings haha, mais les “cerveaux gauches” en ont besoin)

-> aujourd’hui voilà votre programme à chacun, les plus grands organisez-vous comme vous le voulez; vous pouvez d’abord faire ce que vous pensez savoir faire seul, et je viendrais ensuite si besoin; Soumaya et Safia voila ce que j’ai à vous proposer qu’est-ce qui vous plairais pour commencer? Moi aussi j’ai un peu de travail, je suis là avec vous et je suis disponible si besoin, il suffit de venir me voir discrètement pour ne pas déranger les autres et je viens aider. Et on a notre petite Belkis de 14 mois, je vous demanderai à toute de prendre soin d’elle et de l’aider avec moi. Aliyah, lorsque tu auras terminé, tu pourras ensuite t’occuper de Shayma, tu connais plein de choses tu pourrais l’aider pour ses dictées muettes? Concernant la petite de 3 mois elle reste sur les genoux ou bras/dos de la maman.

  • préparez des thèmes sélectionnés par les enfants pour travailler tous ensemble: les plus petits apprendrons les premières notions (formes couleurs le découpage etc); les moyens pourrons aborder l’apprentissage de l’écriture en plus; les plus grands pourront en faire un exposé plus élaboré.
  • jouez avec eux : je voyais encore la semaine dernière des enfants jouer au jeu de la banque avec sourire aux lèvres (c’est un jeu qui permet de faire des grandes opérations alors qu’ils sont en maternelle!)

Il y a d’infinies possibilités d’enseigner (formel, informel, et on peut jongler d’un jour à l’autre avec plusieurs façon de faire, également dans une même journée.

La vie n’est pas un chemin droit et tout tracer comme un programme scolaire bien défini,

C’est là tout l’aspect florissant d’un enseignement libre: c’est vivre au feeling, des humeurs, des personnalités, des besoins, des intelligences, des imprévus, des questionnements,…

et ça, ça eveille et nourrit beaucoup plus que forcer un enfant à faire des devoirs.

Apprendre , c’est tout ça.

Dernière petite chose

On a souvent toutes ces appréhensions, mais je suis intimement convaincue qu’avoir plusieurs niveaux contribuent à rendre les enfants plus mature que s’ils sont classés par tranche d’âge comme à l’école.

Les interrogations des plus grands, leurs discussions les nourrissent également.

Si vous testez, vous serez étonnées de constater:

  • que les jeunes enfants de 2 ans et demi/ 3 ans connaissent déjà le son des lettres par le simple fait d’avoir été dans la même pièce que l’ainé en plein apprentissage des sons des lettres;
  • que les jeunes enfants entrent facilement dans la compréhension des mécanismes mathématiques dans le simple fait d’avoir été dans la même pièce que l’ainé en plein apprentissage des opérations;
  • que les maternelles connaissent déjà les grandes notions de grammaire par le simple fait d’avoir été dans la même pièce que l’ainé en plein apprentissage de la grammaire.

Parfois c’est même plus difficile de gérer plusieurs niveaux de devoirs après l’école justement parce que l’apprentissage devient synonyme de “devoirs” et non de “plaisir” , et là c’est tout autre chose: Le problème se déporte sur “comment donner envie à l’enfant de travailler/faire ses devoirs”

Cherchez l’erreur…, qui a envie de faire un exercice qui ne correspond ni à un intérêt, ni a un besoin…

Cette situation est tout de même celle de millions d’enfants, et il existe des solutions pour faire passer ces devoirs en un moment moins pénible voir même de plaisir. Ce que je tends à transmettre sur ce blog.

 

A bientôt inchaAllah

 

 

 

Сommentaires (2)

  1. Written by Leïla

    Article qui fait réfléchir, il est certain que l’école de la vie est la meilleure des écoles!!! Et même si les enfants sont scolarisés, il faut vraiment prendre conscience que le foyer dans lequel ils évoluent est ” la base”… L’école doit être relégué au second plan. Merci Aziza.

    1. Written by aziza

      Merci pour ton commentaire et ton complément 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *